Après l’Entrée du Yuan dans les DTS, la Suite Logique

Je rappelle que la mise en place des DTS est le rêve absolu des élites de la City, et vont permettre une rente énorme sur les finances du monde. Ces élites ont donc œuvré depuis plus de 30 ans vers ce but.

Deux évènements extrêmement importants devaient préalablement se produire pour ouvrir la route au remplacement du système financier mondial par les Droits de Tirage Spéciaux, tels que planifié par les intérêts bancaires internationaux des élites de la City de Londres :

  • L’entrée du Yuan chinois dans le panier des DTS le 1er Octobre 2016 sans lequel les DTS n’étaient pas du tout assez puissants pour faire ce que les Rothschild attendent d’eux.
  • La défaite politique de l’Establishment américain et son éviction des affaires de Washington, lequel Establishment fut longtemps le partenaire et complice des intérêts bancaires internationaux et qui, bien que prévenus de la destinée du dollar dès 1987 par l’article prémonitoire de The Economist, espéraient bien partager encore une grosse part du gâteau avec les Rothschild qui, eux, ne l’entendent pas de cette oreille. Tout se fait suivant le principe du jeu de go et pas du jeu d’échec. Chaque joueur au go garde quand même un bout du morceau ou du territoire mais il y a indéniablement un grand gagnant. Et l’Establishment voulait garder 50% alors que maintenant ils sont évincés du pouvoir politique et économique aux US.

Trump est en lice, ou plutôt les intérêts bancaires internationaux sont les seuls désormais aux commandes aux US, bien que l’Establishment va bien sûr essayer de nuire et de reprendre la main, ce qui est impossible. Trump, l’opérateur qui paraît aux yeux du public, va faire valoir que le rôle international du dollar est préjudiciable aux intérêts américains, ce qui va déclencher la mise en place à grande échelle des DTS dans le monde. Ce n’est pas pour rien que les intérêts bancaires de la City de Londres l’ont mis là. Leur grand-œuvre ce sont les DTS, et le dollar est fichu à cause de la disparition accélérée des pétrodollars.

Une appréciation du dollar américain ne fonctionne pas du tout au profit des autorités monétaires américaines. Un renminbi qui se déprécie comme en ce moment ne fonctionne pas non plus en faveur de la Chine. Les deux accroissent encore le déficit commercial auquel se heurte l’Amérique et l’excédent commercial auquel se heurte Pékin. La tension qui se construit entre les deux extrémités du spectre provoque une instabilité profonde dans le système monétaire international.

Avec la prochaine augmentation des taux d’intérêt courts directeurs de la réserve fédérale probablement à mi-décembre 2016 les choses deviendront plus compliquées. Toute augmentation du taux de la Fed mettra une pression supplémentaire à la baisse sur la monnaie chinoise. Le président chinois Xi Jinping a appelé Trump et a déclaré que la coopération entre les deux plus grandes économies du monde est le seul choix. Il est probable que Trump travaillera avec la Chine pour apporter certains des changements fondamentaux. Tout sera bien sûr fait en sous-main par les Rothschild. La Chine est à 100% dans le jeu des Rothschild, du FMI et de la Banque des Règlements Internationaux de Bâle.

La Chine a toujours hésité à libérer le renminbi en raison de la menace du terrorisme économique de l’Ouest, ce qui arrivé au Japon il y a plus de 25 ans et qui a tué l’économie du pays, fomenté par les US. En effet les Etats-Unis ont agi pour obliger des renchérissements très importants de la monnaie nipponne, tuant les chances de leurs exportations. C’est ce qui arrive quand on a une monnaie flottante et aucune barrière monétaire. La leçon a porté et les Chinois se sont bien garder de prêter le flanc à ça. Maintenir la relation yuan/dollar (ancrage) a donné à la Chine un semblant de contrôle sur sa valeur alors que les États-Unis ne voudraient pas trop apprécier le dollar.

La réforme du système monétaire international exige le rééquilibrage et la réduction des réserves de change libellées en dollar comme je l’ai maintes fois expliqué. L’abaissement du déficit commercial de la Chine ne peut se faire qu’avec un renminbi plus fort et plus élevé. Or c’est le contraire qui se produit depuis plus d’un an. Des dévaluations successives de Yuan. De même, le déficit commercial de l’Amérique ne peut être réduit qu’avec un dollar déprécié. La grande question est de savoir comment déprécier le dollar, augmenter les taux d’intérêt, et garder le dollar comme monnaie plus ou moins forte ? En effet quand les taux d’intérêt d’une monnaie augmentent dans un pays, sa devise s’apprécie et le dollar va pour un temps augmenter en même temps que les taux d’intérêt.

C’est là que la négociation et la coopération entre en jeu. La Chine et l’Amérique peuvent coordonner la réforme monétaire en tandem. Cela s’inscrit également dans la thèse lorsque la Chine a commencé à élargir la fourchette de négociation avec le dollar en coordination avec les hausses de taux de la Fed. Les États-Unis peuvent également dévaluer le dollar à chaque étape de sorte que chaque changement dans le système monétaire international se produise graduellement avec le plein contrôle sur la gestion de la transformation elle-même. C’est la thèse que je soutien. Je pense que la thèse idiote des soi-disant médias alternatifs sur un reset brutal est fausse. Oui il y aura des vagues comme en 1929 mais pas à cause de cela, ce sera à cause des augmentations de taux d’intérêt et donc d’un resserrement monétaire.

Même géré en tant que tel, il pourrait toujours y avoir une certaine volatilité que la liquidité passe de l’ouest à l’est et le système de rééquilibrage. Mais l’objectif serait de minimiser l’instabilité du système tout en poursuivant la réforme monétaire.

Une grande partie dépend de la manière dont l’administration Trump gère ses relations avec le reste du monde. Vous pouvez être certains que les Rothschild vont savoir le faire. Utiliser la volatilité et les guerres monétaires / commerciales comme prétexte pour promulguer une réforme monétaire n’est pas le meilleur chemin à suivre. Une acceptation plus large du DTS comme bien de réserve viendra en réponse à l’instabilité et à la crise financière.

Il est concevable que Trump pourrait accepter une dévaluation du dollar de 40% ou même plus dans le temps, au lieu de mettre en place un tarif douanier en échange de la Chine qui apprécierait le renminbi par un processus multi-étagé aligné avec des hausses de taux supplémentaires de la Fed. C’est mon opinion.

La résistance à l’utilisation du DTS dans une plus large mesure ne provient que des intérêts de l’établissement américain, dont on sait qu’il est en perte importante d’influence et c’est une litote. Avec la composition de cet établissement qui change maintenant, il faudra voir si une telle résistance se poursuit. Il n’est pas improbable d’imaginer une situation où les autorités monétaires américaines présentent un cas où le dollar américain, compte-tenu du paradoxe de Triffin, soit tenu en otage par son rôle de principale monnaie de réserve et doive être libéré au profit des intérêts américains.

Cela renforcera les arguments en faveur du DTS et créera une acceptation internationale. Il contribuera également à la substitution des réserves de change libellées en dollars américains vers les DTS. L’Amérique pourra exiger cette substitution. Et le reste du monde également. Si cela ne devait pas se passer gentiment ainsi, c’est alors que les élites de la City organiseraient un chaos monstre avec une crise insoluble de liquidités pour des semaines et proposeraient leur solution avec les DTS.

Tous les accords commerciaux ont été conçus en fonction du cadre monétaire unipolaire où le dollar prévalait. Il ne faut pas s’étonner que ces accords commerciaux soient maintenant ajustés pour refléter les aspects multilatéraux du nouveau cadre monétaire.

La Chine ou l’Amérique peuvent renverser les choses à tout moment en mettant fin à l’arrimage (ancrage) entre les deux monnaies. Mais il est plus probable que Trump présentera un cas bien défendu où le rôle international du dollar est préjudiciable aux intérêts américains, et la Chine facilitera la transition pour que les substitutions de DTS commencent à avoir lieu.

On verra rapidement si les thèses que je présente ici sont exactes. À vous, chères lectrices et lecteurs d’en être les témoins ou d’assister à autre chose. Je doute fort qu’on nous concocte autre chose et il faudrait pour cela que l’Establishment reprenne la main. Hors de question !

 

 

2679total visits,1visits today

4 thoughts on “Après l’Entrée du Yuan dans les DTS, la Suite Logique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *