La copie du système chinois et la meilleure façon de mettre fin au système monétaire international jamaïcain

La plupart considèrent Bretton Woods comme le système monétaire qui est en usage aujourd’hui, ou du moins une version corrompue de ce système. Mais en fait, le système de taux de change fixe de Bretton Woods a pris fin en 1971, lorsque Nixon a fermé la convertibilité de l’or. Ce qui a pris sa place a été appelé le système monétaire international jamaïcain.

Ce nom peu connu a son origine dans les négociations monétaires qui ont eu lieu en Jamaïque en 1976. Des tentatives ont été faites depuis 1971 pour réorganiser et renégocier le cadre du système monétaire international. Une entente lâche construite autour du dollar américain a de nouveau émergé et les déséquilibres mondiaux ont continué de s’aggraver et de se développer.

L’utilisation prochaine du DTS comme moyen de paiement international agira comme le catalyseur qui réorganise et transforme enfin le cadre monétaire international et commence à corriger les déséquilibres massifs qui se sont développés depuis 1944. Ces déséquilibres se sont accélérés depuis 1971 et 1976 respectivement.

L’utilisation du DTS est primordiale et centrale pour les changements qui ont déjà commencé. Mais il y a une fluctuation plus large et une tolérance pour les changements et les ajustements à d’autres niveaux. Étant donné que le DTS est le principal locataire et l’unité de compte centralisée, la monnaie nationale et les taux de change associés peuvent subir des modifications aléatoires et variables.

La Chine a expérimenté de nombreux modèles monétaires au cours des décennies et a semblé s’être installée sur le modèle onshore et offshore pour contrôler et influencer les flux de capitaux. On s’attend toujours à ce que le modèle chinois soit inférieur au modèle du dollar américain, mais ce n’est peut-être pas le cas.

Le Fonds monétaire international et la Banque des règlements internationaux, fondations subordonnées aux intérêts bancaires internationaux, ont été fortement impliqués dans la construction de la politique monétaire chinoise. Le modèle onshore et offshore pourrait très bien servir de filet de sécurité entre le système macro-international et le système micro-domestique et les marchés financiers associés.

L’utilisation de comptes de substitution de DTS pour réduire l’accumulation de dollars dans les comptes de réserves de change dans le monde n’est qu’un outil. L’échange de la dette en USD pour les quotas de DTS servira à minimiser les déséquilibres de l’accumulation des réserves, mais ne pourra pas entièrement compenser les pertes d’investissement qui se produiront lorsque l’USD se dépréciera en raison de la baisse de la demande.

Certains régimes ont été discutés autour de l’utilisation du taux d’intérêt de DTS pour compenser certaines pertes, mais la souscription devra être le principal fardeau du FMI lui-même. Peut-être une méthode de répliquer le modèle de Chine sur terre et en mer pourrait jouer un rôle dans la minimisation de ces pertes.

Le Trésor américain pourrait, avec l’appui du FMI et de la BRI, fragmenter le dollar en une version internationale et une version nationale. Le dollar international pourrait se déprécier à un taux inférieur à celui du dollar domestique (merci Kimi), ou l’inverse pourrait avoir lieu. Peut-être l’on pourrait même apprécier tandis que l’autre se déprécie.

Le fait est qu’un tel arrangement permettrait de disposer d’un ensemble plus large d’outils pour faire face aux déséquilibres et à la dette internationaux, ainsi qu’à l’instabilité des marchés financiers intérieurs. Les défis actuels du marché du crédit en Chine, et les réactions ultérieures de la Banque populaire de Chine, pourraient très bien tester la dynamique de telles modifications et ajustements en temps réel.

Un tel arrangement donnerait également à l’Amérique plus de place pour renégocier leur dette souveraine, qui est quelque chose Donald Trump a suggéré pendant la campagne présidentielle. Cela aurait un effet direct sur l’accumulation des réserves de change et la réduction de ces réserves.

Le système jamaïcain a subi de nombreux dégâts depuis 1976. L’annulation et l’inversion de ces déséquilibres et risques systémiques entraîneront des changements profonds et des réponses en temps réel aux effets de ces changements.

Avec l’élection de Trump, nous connaissons déjà la transformation du système monétaire international et les ramifications géopolitiques connexes de ces changements. Chaque année, cette transformation monétaire multilatérale devient plus intéressante et 2017 nous apportera de plus grands changements encore.

JC Collins – Algarath

 

778total visits,1visits today

2 commentaires sur “La copie du système chinois et la meilleure façon de mettre fin au système monétaire international jamaïcain

  1. JP écrit
     »Le dollar international pourrait se déprécier à un taux inférieur à celui du dollar canadien »,

    Il me semble qu’il faut lire ‘américain’ au lieu de ‘canadien’.

    Cela sortait ces jours ci sur des sites.
    Il y aurait donc dollar interne et dollar externe.
    C’est une façon pratique de gérer le problème puisque le dollar unique ne sera plus l’unité de compte internationale ET nationale.
    On va donc découpler ces 2 fonctions en 2 entités dont on fait varier la valeur.
    Il faut relancer compétitivité interne avec entreprises rapatriées aux USA avec taux d’imposition de 15%.
    Mais il ne faut pas spolier les chinois, les russes et les japonais qui détiennent dette US.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *