Quelques Infos Extrapolées du Net. Or et DTS

Dans la situation actuelle, on a 3 forces qui s’opposent au niveau du système financier mondial.

  • Les quantités en dollars sont très importantes et il va encore jouer un certain rôle tant que les forces ci-dessous ne lui volent la préséance.

  • Les DTS arrivent mais comme c’est une monnaie de singe il n’y a rien qui dit qu’ils vont vraiment s’imposer. C’est quelque chose inventés par les banquiers pour prolonger leur domination.

  • La vraie force qui se développera dans mois de 5 à 10 ans sont les monnaies qui seront basées sur l’or, comme les Chinois et les Russes le mettent progressivement en œuvre.

Qui va gagner ? Je vois les Chinois et les Russes gagner possiblement en tous cas avant 2040.

J’aimerais que les Éveillés comprennent que les intérêts bancaires internationaux veulent les DTS mais qu’une partie du monde, la SCO, Brics, couronne asiatique, Chine, Inde et Russie n’acceptent ce compromis que pour une transition. Il est évident que le rôle des US passe au second plan et qu’on a un rééquilibrage multipolaire.

Il y aura une période de transition, au cours de laquelle nous devons lutter contre les DTS et lutter pour que le dollar décline au plus vite. Les Chinois ont bien joué, les DTS vont les aider à propulser le Yuan, lequel s’arrime à l’or.

Algarath

****

Pour répondre à la question, à savoir si les DTS ou l’or remplaceront le dollar US, nous devons d’abord savoir ce que sont les deux. Pour l’or, c’est très simple : un gramme d’or est un métal jaune qui pèse un gramme. Ses caractéristiques physiques le rendent très facile à identifier et à mesurer, et elles ne changent jamais.

 

Le FMI a créé les Droits de tirage spéciaux (DTS) en 1969. À l’origine, la valeur d’un DTS était définie comme l’équivalent de 0,888671 gramme d’or pur qui équivalait aussi, alors, à 1 dollar US (1once d’or = 35 DTS = 35 $US). Très simple, n’est-ce pas ?

 

  • Après la fin des Accords de Bretton Woods et de l’étalon-or en 1973, les DTS ont été redéfinis comme panier de devises. De 1974 à 1980, les DTS étaient composés de 16 devises, dans des proportions différentes. En 1978, la couronne danoise et le rand sud-africain on été enlevés et remplacés par le riyal d’Arabie Saoudite et le rial d’Iran. Il fallait un ordinateur pour en déterminer la valeur, et il n’en existait pas beaucoup à l’époque. Alors, comprenez-vous pourquoi les DTS ne furent jamais adoptés et le dollar a été préféré ?
  • En 1981, les DTS ont été simplifiés et le nombre de devises fut réduit à cinq (dollar US, mark allemand, franc français, livre anglaise et yen japonais).
  • En 2000, le mark allemand et le franc français furent remplacés par l’euro, sans en changer la pondération.
  • Depuis décembre 2010, la valeur d’un DTS équivaut à la somme de 0,423 euro, 12,1 yens, 0,111 livre et 0,66 dollar US.
  • À partir du 1er octobre 2016, le Yuan chinois est ajouté au panier.
  • Les DTS ne sont ni une devise, ni du crédit émis par le FMI. Ils constituent plutôt une réclamation potentielle sur les devises flottant librement des membres du FMI. Il s’agit plus d’un index que d’un panier composé de quatre (cinq en 2016) devises. La composition du panier est révisée tous les cinq ans par la direction du FMI, et même si elle ne change pas, comme, par exemple, entre 2001 et 2015, la pondération des devises est légèrement changée.

 

Jacques Rueff, économiste français et conseiller du président français Charles de Gaulle, a dit : « Les DTS sont du néant déguisé en monnaie, » et l’ancien président Valérie Giscard d’Estaing faisait référence aux DTS en tant que « LSD monétaire ». Jim Grant, de Grant’s Interest Rate Observer, a dit : « L’or se reconnaît instantanément, à l’œil, comme de la monnaie. Mais les DTS, comme une mauvaise blague, doivent être expliqués. »

 

La pondération initiale assignée à chaque devise du panier de DTS a été ajustée pour prendre en compte les changements de parts de chaque devise dans les exportations mondiales de biens et services et dans les réserves de devises étrangères. Le poids relatif des devises inclues dans le panier reflètent, selon le FMI, leur importance relative dans le commerce mondial et le système financier. Les révisions mineures à la méthodologie utilisée pour la sélection des devises du panier et l’inclusion du Yuan chinois n’ont pas résolu les problèmes du système monétaire international. Dans la dernière version des DTS, le dollar US domine toujours, à 41,37% (précédemment 41,9%). L’introduction du Yuan n’affecte que les devises de l’Union européenne (euro et livre). La domination du dollar US dans les DTS demeure.

Cependant, l’inclusion du Yuan dans le panier de DTS ne constitue qu’un pas pour la Chine dans sa guerre visant à éliminer le « privilège exorbitant » du dollar US dans le système monétaire international. « Ce que l’on doit rechercher dans la réforme du système monétaire international, est de créer une monnaie internationale de réserve déconnectée des nations individuelles, pouvant demeurer stable à long terme, ce qui éliminerait les déficiences inhérentes aux devises nationales basées sur l’émission de crédit, » comme le président de la banque centrale de Chine (PBOC) l’a déclaré en 2009. Il a aussi dit que les DTS « font office de lumière au bout du tunnel pour la réforme du système monétaire international. Une devise de réserve supranationale ne fait pas qu’éliminer les risques inhérents aux devises nationales basées sur le crédit, mais elle rend possible le contrôle de la liquidité mondiale. »

Un panier de devises qui sont au cœur du problème ne règle pas le problème, car ces devises sont le problème. Comme cela est arrivé avec la crise des CDS (credit default swaps) en 2008, la diversification d’un panier de mauvais actifs ne corrige pas le problème d’un de ces mauvais actifs. Le prix Nobel Robert Mundell, ainsi qu’une étude du Dubai International Financial Centre (DFIC), ont proposé d’inclure un pourcentage d’or dans les DTS. Le professeur Mundell proposait 50% d’or, et le DFIC 20%. Ce serait un pas dans la bonne direction, mais cela ne règlerait pas vraiment le problème. La dette et le déficit budgétaire sont au cœur du problème du dollar US et des autres devises des DTS (euro, livre, yen et Yuan).

Une autre proposition : des DTS « déconnectés des nations individuelles, » comme l’indique le président de la PBOC. Comment cela fonctionnerait-il ? Le président de la PBOC ne le dit pas. Pour y répondre, on fait plutôt appel à l’auteur chinois d’Against the Consensus, ancien chef économiste à la Banque mondiale, Justin Yifu Lin, avec son p-gold. Ce paper-gold serait une devise internationale ayant la flexibilité de la monnaie-papier, car elle pourrait supporter une croissance de liquidité à mesure que l’économie mondiale prend de l’expansion, mais qui, comme une matière première telle que l’or, serait « en dehors » du système de devises nationales. L’offre de p-gold suivrait la règle de k% de Friedman (ou un règle Taylor modifiée) basée sur une mesure projetée de croissance économique et de transactions d’actifs. Cela n’a rien à voir avec l’or.

Le FMI lui-même a l’ambition d’établir les DTS comme devise de réserve internationale. Dans un document récent sur la révision des méthodes d’évaluation des DTS, le FMI déclare qu’ « un des objectifs majeurs est d’augmenter l’attrait des DTS comme actif de réserve international » et que « le but de la révision est de s’assurer que le panier de DTS reflète l’importance relative des devises majeures dans le commerce mondial et le système financier, avec comme but d’augmenter l’attrait des DTS comme actif international de réserve. » Dans ce scénario, les DTS ne constitueraient qu’une unité de compte pour les banques centrales, et non une devise qui circulerait.

Au même moment, les États-Unis font tout leur possible pour retarder la fin inévitable de la suprématie du dollar, en traînant les pieds dans le processus de mise à jour du système monétaire international. Depuis toujours les États-Unis combattent l’or et le considèrent comme leur ennemi, y préférant les DTS de papier. En 1974, Sidney Weintraub, sous-secrétaire d’État pour la finance internationale et le développement, a déclaré : « Les objectifs des États-Unis pour le système monétaire international – un système durable et stable, ayant en son centre les DTS comme actifs de réserve forts – sont incompatibles avec un rôle continu de l’or comme actif de réserve » et « les États-Unis sont préoccupés par le fait qu’une augmentation du prix auquel les transactions officielles d’or sont réalisées renforcerait la position de l’or dans le système et nuirait aux DTS. »

Dans une interview récente sur Bloomberg, un jour seulement après que le FMI eut élevé le Yuan dans le panier de devises de DTS, avec le dollar, l’euro, le yen et la livre, le secrétaire au Trésor, Jacob. J. Lew a déclaré que les États-Unis voulaient s’assurer que le dollar demeure la devise de réserve internationale dominante.

Au moment où la Chine s’apprêtait à prendre les rênes du G20 pour 2016, Bloomberg a rapporté que la Chine compte rendre le système monétaire international plus résistant aux chocs et, peut-être, moins dépendant du dollar US. La Chine compose un groupe de travail, dirigé par la Corée du Sud et la France, pour développer des propositions incluant des façons de renforcer le rôle des DTS. Bloomberg rapporte aussi que « la Chine souhaite une discussion pour savoir si le prix de certaines matières premières pourrait être déterminé en DTS, la devise de réserve du FMI, selon un officiel européen impliqué dans les pourparlers du G20. » L’article note également l’absence d’un rôle principal des États-Unis.

Aujourd’hui, Bloomberg rapporte aussi que la PBOC a annoncé son intention de réduire le lien du Yuan au dollar, en se tournant vers un indice de devises.

La PBOC a publié un nouvel indice du Yuan, composé de 13 devises. Le dollar représente 26,4% du panier, l’euro 21,4% et le yen 14,7%. Ceci constitue un premier pas vers le désarrimage du Yuan au dollar.

Le problème avec les DTS est qu’ils sont basés sur un système de devises multiples de réserve, supporté par trois devises majeures (dollar US, euro et, maintenant, le Yuan). Un système de devises multiples de réserve, s’il émerge en se basant sur les DTS, serait encore moins stable que l’actuel non-système (dollar US).

Un système multipolaire demanderait une discipline des gouvernements participants envers leurs politiques macroéconomiques afin qu’ils soient grandement motivés à coopérer. Un système de devises multiples de réserve aurait besoin d’être stable, même en l’absence d’une puissante structure de gouvernance pour une coopération adéquate et une coordination des politiques, pour éviter les crises ou en mitiger l’impact. Les DTS ne sont pas des actifs externes au système monétaire, comme l’or l’est, avec une valeur indépendante; donc augmenter l’offre de DTS augmente les réclamations sur les devises sous-jacentes.

En tant que devise fiduciaire composite, le rôle des DTS comme réserve de valeur dépend de la solvabilité crédible des nations souveraines qui émettent les devises sous-jacentes. Un tel système monétaire international basé sur les DTS devrait toujours opérer par consensus. Il n’y a pas de tel consensus se développer depuis l’effondrement de l’ère de la détente (1990-2008) et depuis la nouvelle Guerre froide débutée en 2008.

Depuis le désarrimage des DTS de l’or en 1973, ils ont suivi le même chemin que les devises les composant et ont décliné vis-à-vis l’or, de 35 DTS/oz en 1973 à 776,48 DTS/oz aujourd’hui (2 218,51%).

chinese-gold-reserves

En ce moment, on s’attend à ce que le système basé sur le dollar en devienne un basé sur des DTS à multiples devises, mais seulement en tant que transition.

Les États-Unis vont en faire la promotion agressivement, puisqu’il maintiendra une certaine domination du dollar US. Les États-Unis se battent ardemment depuis les années 60 pour éliminer l’or et le garder hors du système monétaire international, et avec succès, au moins jusqu’à maintenant.

Cependant, les DTS s’effondreront, pour les mêmes raisons que le fera le système basé sur le dollar.

Dans ce cas, la dernière chose qui reste, qui a passé l’épreuve du temps, c’est l’or. L’or est universellement reconnu et accepté. Peter Bernstein, dans son livre, The Power of Gold, écrit: “L’or pourrait encore servir comme couverture ultime dans des conditions chaotiques. Son retour à un rôle traditionnel de monnaie universelle est peu probable, cependant, à moins que ne vienne un temps où le dollar, l’euro et le yen ne parviennent plus à remplir leur rôle de moyens acceptables de paiement au-delà des frontières internationales. » Il croyait que cette possibilité de « conditions chaotiques » était peu probable, quand il a écrit son livre à la fin des années 90, mais aujourd’hui, en 2015, cette possibilité est très probable.

 

L’or est la monnaie in extremis. L’or a été, est, et sera toujours le standard international de devises, même non légal, auquel les banques centrales et les individus reviennent instinctivement, surtout dans des « conditions chaotiques ».

 

La Chine va remplacer le système dollar par l’étalon or. Elle fait des plans dans ce sens. Le gouvernement chinois a commencé à acheter des mines d’or partout dans le monde dans un effort pour dominer le marché. Il est clair que les Chinois ont une stratégie à long terme.

 

La PBOC banque centrale chinoise a commencé à publier ses réserves évaluées en DTS. Entre 1970 et 2000, les dollars en circulation dans le monde ont augmenté 25 fois et aujourd’hui c’est 30 fois qu’il faut dire.

 

 

 

 

 

6019total visits,1visits today

9 commentaires sur “Quelques Infos Extrapolées du Net. Or et DTS

  1. QUE PENSE JP DE CET ARTICLE SUR DETTE US ET CRÉATION DE NOUVEAU DOLLAR COMME SOLUTION POUR TRIER ET CONTRÔLER ?

    Donald Trump élu: maintenant le rendez-vous des promesses [3/3]
    26 novembre 2016 0 commentaire

    Jean Guiart, anthropologue, ethnologue ♦

    Metamag.fr
    Infolettre gratuite

    Les promesses seront-elles tenues , modifiées, oubliées ?

    Le mur avec le Mexique

    La politique de l’immigration

    Trump misogyne ?

    Les dossiers internationaux et l’Otan
    ***

    Le vrai problème auquel Trump doit se confronter : la dette américaine

    Cela fait 21 trillions de dollars, dont l’Amérique n’a pas le moindre sou pour envisager le moindre effort de remboursement. La réduction du taux d’intérêt directeur du service de la dette à 0 ou à un chiffre de fait négatif compte-tenu de l’inflation réelle permet au Trésor américain d’éviter d’avoir à régler chaque année des sommes astronomiques.

    Le plus grand créancier est la Chine, chacun le sait. Elles vend ses titres en dollars très lentement. La Russie, plus joueuse, achète et vend des dollars selon les circonstances. Ni l’une, ni l’autre, ne veulent d’une crise de rupture. Elles freinent donc tout effort dans ce sens et cherchent à éviter que les États du Sud et Sud-est de l’Asie ne précipitent la chute internationale du dollar, qui ruinerait les États-Unis pour longtemps, mais laisserait tous les autres assommés par les conséquences.

    Il convient donc pour les opposants au dollar, de l’affaiblir lentement, très lentement, avant de le remplacer par une autre monnaie de compte internationale gagée sur l’or (la Chine et la Russie en ont acheté des quantités et en achètent ou en produisent constamment), ou un paquet de monnaies. Au même moment, les États-Unis et la Chine peuvent se retrouver sur une position commune provisoire. Politiquement, le virage des Philippines en dehors de l’emprise américaine tue l’opération Obama sur la mer de Chine du sud. Après le passage à Pékin du président des Philippines, les Chinois ont retiré leurs navires de défense côtière de la proximité des côtes de l’île philippine de Palawan. La Malaisie est à son tour en train de traiter avec Pékin. Comment Trump va-t-il alors procéder, je n’en sais rien, mais il lui faut à la fois faire baisser les coûts de l’État américain (il pourrait ne pas remplacer tous les fonctionnaires démocrates et en profiter pour «dégraisser le mammouth»), et soigneusement calculer tous ses gestes nationaux et internationaux pour créer ou rapatrier le plus de postes de travail possibles aux USA.

    Il est le seul président jusqu’à maintenant à abandonner son traitement officiel, ce qui est un geste politique gaullien qu’il convient de saluer et que personne n’a relevé en France. Il vaudrait mieux acheter un ordinateur Apple neuf avant. En effet, ce rapatriement de postes de travail, qui peut parfaitement être imposée aux réseaux financiers contrôlant l’investissement hors les frontières, sera inévitablement accompagné par une forte augmentation du coût de la vie, que Trump aura bien du mal à maîtriser. Il va falloir mettre sur pied des modèles informatiques nouveaux et les expérimenter sérieusement avant de faire quoi que ce soit et envisager des mesures conservatoires pour empêcher les dollars de s’envoler en attendant.

    Jouer contre le dollar est aux États-Unis un crime sanctionné par la loi depuis le président Roosevelt. Il va falloir aussi mettre à l’étude les moyens et les circonstances d’application de cette loi. M. Soros, qui a de bien mauvaises habitudes, peut être tenté de jouer contre le dollar. Il a soutenu financièrement Mme Clinton mais il est aussi le seul de la coalition hétéroclite fournissant un appui à cette dame, à avoir prévu la possibilité d’un raz-de-marée en faveur de Trump. Le modèle à suivre est celui de la reconstitution des monnaies en Europe après 1945, et celui des mesures actuelles d’échange des billets en Inde.

    NB EMISSION NOUVEAU DOLLAR

    Une solution serait l’émission d’une nouvelle monnaie, d’un dollar nouveau où tous les billets seraient numérotés, de manière à mettre hors de circulation et détruire régulièrement des quantités données, celles dont on saura qu’elles sont en voie de thésaurisation, de manière à obliger à la circulation constante de l’argent. Les thésaurisateurs du Moyen Orient ou ceux qui utilisent les dollars pour financer les islamistes pourront ainsi subir des pertes qui pourront les amener, pas à de meilleurs sentiments, mais à plus de prudence.

    Ce serait un moyen indirect de contrôler les budgets des États armant les islamistes et de les sanctionner de ce fait pour les obliger à quitter ce jeu insupportable. Ce serait moins cher et moins stupidement sanglant que de bombarder les mariages ou les hôpitaux civils. Et ce serait une politique que la Chine et la Russie, sans compter l’Inde, pourraient approuver silencieusement : détruire des dollars par paquets en diminuant le nombre en circulation là où c’est évidemment nécessaire, au lieu de faire du « tapis de bombes ».

    Actuellement, les États-Unis n’ont aucune maîtrise sur la masse de dollars en circulation en dehors de leurs frontières. Or ce sont ces dollars qui financent tous les trafics internationaux. Ce sont ceux-là qu’il convient d’atteindre, pas les dollars économisés par les petites gens à l’intérieur des frontières de l’Amérique. Les anciennes coupures seraient échangées dans la mesure seule où l’on saurait leur origine et leur utilisation non dangereuse. Sauver le dollar consiste tout d’abord à en réduire le nombre en circulation. Le coût économique sera plus faible si l’on cible les groupes indiqués, qui s’en nourrissent tout en faisant profession de le détester.

    Lire également
    Mes nuits avec Donald Trump: peut-on lui faire confiance? [1/3]
    Donald, Hillary et Barack: 3 personnages pour une élection [2/3]

  2. Bonsoir,
    JP je vous précise qu’il y a une pénurie de « matière » dollar »; le dollar « pèse » encore environ 70% des échanges mondiaux.MONNAIE FIDUCIAIRE et SCRIPTURALE pour faire simple.
    Il y a un risque pour les économies mondiales d’aller plus vite que les USA le veulent .
    L’or subit le contre-coup de fait d’un volume de ventes Y COMPRIS OR SCRIPTURAL ETF ,pour trouver du dollar pour se refinancer .
    La situation a été imposée à la planète financière .
    Je vous suggérait de lire ou relire les « lettres » de la BRI (la tour de BABEL de Basel ) pour distinguer dans l’écran de fumée des marchés Là où le Système veut que nous nous retrouvions .
    Asphyxie des banques centrales ? Désordres monétaires calculés ?
    Tout semble vraiment sous contrôle hélas pour les espoirs déçus pour le particulier de voir l’or « grimper au ciel ».
    Certes , il va y avoir des « grimpettes » mêmes spectaculaires , mais difficile de se positionner , car comme pour le Dollar , la pénurie est savamment organisée !
    Les états et banques centrales pratiquent la « vente a découvert » sur le Métal OR pour se refinancer en dollar !
    C’est une question de survie , hé oui !
    L’urgence des priorités pour le monde « économique  » est devenu de « survivre »… Relire La Cigale et la Fourmi de Jean de La FONTAINE
    Mais un grain de sable peut toujours surgir…..ou pas .
    ALEA JACTA EST

  3. Bonjour ,
    Encore un brillant exposé !
    Une simple remarque et d’importance : La Chine dépend du système US et Globaliste , qui lui a permis de sortir du moyen-age (du moins une partie minoritaire de chinois).
    Ne serait-ce les participations croisées entre le secteur industriel, le financier, le technologique.
    La Chine à pris possesion sur le territoire US « sous conditions ».
    Je vous rappelle que vous ne pouvez pas être « propriétaire » sans passer par un « joint-venture » ou vous êtes systématiquement sous les 50%.
    Il est vrai que itou en Russie et Chine.
    Il y a les détentions de bons du trésor USA (environ 3500 milliards usd) avec le risque inflation ….celà pourrait être une victoire à la Pyrrhus pour la Chine!
    Les globalistes utilisent la technique du stellage et jouent soi au jeu de GO et aux échecs en simultanéité !
    Les Chinois se sont fait rouler dans la farine en bourse et avec la spéculation sur les devises
    Nous sommes plus dans une situation de « pat » aux échecs .
    Je reprend mon propos concernant le fait que les « maîtres globaliste » ont fait pencher la « bassine  » L’économie mondiale de l’Ouest Américain vers L’est Asiatique.
    Le Sytème Mondial agit sur le très long terme , au-delà de plusieurs générations.Il ne maîtrise pas tout,
    mais en bon navigateur les coups de barre à gauche ou à droite les remettent sous le vent!
    Il y a certes les préoccupations humaines de surpopulation, de sur-production, de fanatismes religieux, de risque de folie nucléaire….
    Bonne journée

  4. Pour le blog, il faut retrouver recette pour fabriquer or à partir du plomb…

    J’espère que les russes augmentent leurs réserves d’or.

    Le minable Sarkozy a bradé une partie des réserves d’or de la Banque de France.
    Au moins une bonne nouvelle qu’il ait dégagé le 20/11.
    Espérons que Juppé suivra dimanche prochain.

    Les chinois ne sont pas sentimentaux comme nous. Ils réfléchissent, avancent leurs pions et laissent le temps agir pour eux.

    1. « Les chinois ne sont pas sentimentaux comme nous. Ils réfléchissent, avancent leurs pions et laissent le temps agir pour eux. »

      Oh que oui, c’est exactement ça ! Il faut toujours garder cette phrase en tête lorsqu’on à affaire à un chinois ou un koréen.

      1. Cher Rouletabille,
        Nous voulons vous lire très souvent sur ce blog.
        Vous dites que mes propos sur les chinois sont des banalités.
        Merci de confirmer à JP que les banalités sont les miennes, pas les siennes.

        Je peux avoir tort, mais je pense que

        Les chinois et les russes nous prennent pour des gogos, des imbéciles et des naïfs.

        Nous nous laissons manipuler par les médias, les Droits de l’Homme, les moeurs ‘libres’, l’idéologie de l’enfant tyran, le bonheur sans entraves de l’instant présent, la société de consommation aliénante et autres attrape couillons…

        Les chinois et les russes, qui raisonnent dans la durée, arriment leur monnaie à l’or. Et nous ?

  5. JP écrit
     »qu’une partie du monde, la SCO, Brics, couronne asiatique, Chine, Inde et Russie n’acceptent ce compromis DTS que pour une transition.
    La Chine va remplacer le système dollar par l’étalon or. Elle fait des plans dans ce sens. Le gouvernement chinois a commencé à acheter des mines d’or partout dans le monde dans un effort pour dominer le marché. Il est clair que les Chinois ont une stratégie à long terme. »
     »Cependant, les DTS s’effondreront, pour les mêmes raisons que le fera le système basé sur le dollar ».
    *****
    Oui, la Chine parie sur l’or et s’accommode des DTS uniquement comme système transitoire.
    Les chinois ont fait le bon choix en arrimant le Yuan à l’or.
    Les chinois ont la mémoire longue et la rancune tenace. Ils ont des comptes à régler avec les anglais et les américains.
    La Chine travaille sur la durée et sait attendre. Ils raisonnent amplement dans le temps et anticipent.

    C’est pour cela qu’ils sont au niveau des Rothschild en stratégie.
    Je pense que les chinois peuvent planter les Rothschild après s’être provisoirement servis des DTS comme cheval de troie pour tuer le dollar.

    Nous, le soit disant occident, sommes dans le court terme. Funeste erreur.
    Ce qui est une faiblesse car il faut avoir en tête le passé et le présent.
    Les russes ont la même intelligence du temps que les chinois. Et ils ont retrouvé leur identité après l’intermède communiste.
    L’Occident s’est coupé de ses racines donc n’a plus la force mentale collective.
    Les mouvements dits populistes ont l’intérêt de revitaliser les cultures et les identités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.